Ingénieur d’étude VIH Autophagie (Montpellier, France) CFATG
Ingénieur d’étude VIH Autophagie (Montpellier, France)
HOME » Actualités » Ingénieur d’étude VIH Autophagie (Montpellier, France)

Poste d’ingénieur d’étude sur VIH et Autophagie

Equipe Autophagie et Infections, Institut de Recherche en Infectiologie de Montpellier – IRIM – UMR9004 CNRS/UM – 1919, route de Mende – 34293 Montpellier Cedex 5.

Site web: Cliquez ici

Durée du contrat : 12 mois.
Début du contrat : Octobre 2019 au plus tôt – Janvier 2020 au plus tard.

Montant du salaire : 1685,88 € net par mois (+/-2%). Expérience <3 ans.

Contact : Lucile ESPERT, lucile.espert[at]irim.cnrs.fr Equipe Autophagie et Infections, Téléphone : +33 4 34 35 94 55

Contexte

L’immunodéficience observée chez les patients infectés par le VIH-1 est principalement due à la mort des lymphocytes T CD4+ non infectés (cellules « bystander »). Les glycoprotéines de l’enveloppe de ce virus (Env), exprimées à la surface des cellules infectées, ont un rôle majeur dans ce processus puisqu’elles ont la capacité d’induire la mort par apoptose des cellules T CD4+ non infectées voisines. L’autophagie est une voie catabolique majeure impliquée dans de nombreuses fonctions cellulaires comme le maintien de l’homéostasie et l’immunité. Notre équipe a montré que l’autophagie est nécessaire au déclenchement de l’apoptose induite par Env dans les lymphocytes T CD4+ non infectés, suggérant que la dégradation de composés cellulaires par ce processus pourrait être responsable de l’apoptose. Nous souhaitons donc identifier les substrats sélectivement dégradés par l’autophagie induite par Env dans les lymphocytes T CD4+ à l’aide d’un crible protéomique. Notre groupe « Autophagie et Infections », situé sur le campus de la délégation du CNRS, à l’IRIM (Institut de Recherche en Infectiologie de Montpellier), étudie le rôle de l’autophagie au cours de l’infection par le VIH-1 depuis plusieurs années. L’IRIM propose un environnement scientifique et technique de haute qualité (plusieurs L2 et un L3). Le campus héberge également 2 autres instituts de recherche, le CRBM et l’IGMM, ainsi que plusieurs plateformes technologiques. Parmi elles, la plate-forme MRI (Montpellier RIO Imaging) est dotée d’un parc technologique d’imagerie très sophistiqué. Nous réaliserons toutes les expériences d’imagerie (microscopie confocale et électronique) en collaboration avec cette plateforme. Le crible de protéomique sera réalisé en collaboration avec la plateforme FPP (Functional Proteomics Platform) avec laquelle nous avons déjà eu plusieurs réunions sur le sujet.

Missions

Le projet de recherche concerne la recherche des substrats sélectivement dégradés par l’autophagie induite par les protéines de l’enveloppe du VIH-1. Le(la) candidat(e) sera chargé(e) de mener une étude de protéomique en collaboration avec la plate-forme de protéomique fonctionnelle de Montpellier (FPP – https://www.fpp.cnrs.fr/fr/). A la suite de cette étape, le(la) candidat(e) sera chargée de confirmer les résultats obtenus en spectrométrie de masse par des expériences au laboratoire.

Activité

Le(la) candidat(e) réalisera les culture cellulaires et les infections (confinement L2 et L3), réalisera l’extraction et la séparation des protéines, et fournira les échantillons à analyser à la plateforme de protéomique qui réalisera la spectrométrie de masse. A la suite de ces étapes,
le(la) candidat(e) analysera les résultats avec l’assistance de la plateforme et de l’équipe d’accueil. La validation des résultats obtenus se fera au laboratoire par des expériences de biochimie, biologie cellulaire et moléculaire classiques. Le(la) candidat(e) sera en contact quotidien avec le chercheur qui l’encadrera.

Compétences

– Culture cellulaire (entretien de lignées, purification de cellule primaires à partir de poche de sang, transfections, microscopie à fluorescence).
– Virologie : Le(la) candidat(e) sera formée pour manipuler en laboratoire L3.
– Biochimie : extraction des protéines, immune-précipitation, “Tag Pull-Down assay”, Western Blot.
– Biologie moléculaire : Clonage, mutagénèse.
– Aptitude à travailler en équipe, capacité d’adaptation et de communication, rigueur, organisation et autonomie.

Contraintes et risques

Une partie des expériences sera réalisée en milieu de confinement de type 3 (L3). Le(la) candidat(e) sera formée pour être autonome dans ce confinement.

Laisser un commentaire