Paper: Membrane protective role of autophagic machinery during infection of epithelial cells by Candida albicans. CFATG
Paper: Membrane protective role of autophagic machinery during infection of epithelial cells by Candida albicans.
HOME » Actualités » Paper: Membrane protective role of autophagic machinery during infection of epithelial cells by Candida albicans.

Membrane protective role of autophagic machinery during infection of epithelial cells by Candida albicans

Lapaquette P, Ducreux A, Basmaciyan L, Paradis T, Bon F, Bataille A, Winckler P, Hube B, d’Enfert C, Esclatine A, Dubus E, Bringer MA, Morel E et Dalle F.

Contact: Pierre Lapaquette (MCF – pierre.lapaquette@u-bourgogne.fr) et Frédéric Dalle (PU-PH – frederic.dalle@u-bourgogne.fr)

Lien vers l’article:
https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/19490976.2021.2004798

Résumé de l’article:
Candida albicans (C. albicans) est une levure pathogène opportuniste pouvant causer des infections allant d’atteintes bénignes à des infections disséminées mortelles. Chez un hôte prédisposé, C. albicans est capable de passer au travers de la barrière intestinale et se disséminer dans les autres organes. Les hyphes de C. albicans peuvent envahir les cellules épithéliales humaines par deux mécanismes : l’endocytose et la pénétration active. L’autophagie représente un des moyens de défenses des cellules hôtes contre les infections à C. albicans. Le rôle protecteur de l’autophagie a jusque-là été bien décrit dans les cellules immunitaires mais le rôle de ce processus dans les cellules épithéliales restait à explorer. Dans cette étude, nous avons étudié le rôle des protéines de l’autophagie lors de l’infection de cellules épithéliales intestinales ou d’explants intestinaux par C. albicans. Par microscopie à fluorescence, nous avons montré que des acteurs moléculaires clés de l’autophagie (LC3-II, PI3P, ATG16L1 ou bien encore WIPI2) sont massivement recrutés aux sites d’invasion de Candida. Nous avons renforcé ces observations par des analyses de microscopie électronique à transmission montrant la présence de vacuoles d’autophagie à proximité des sites d’invasion. Ces événements sont associés à la pénétration active de Candida dans la cellule et à la présence de dommages à la membrane plasmique. Enfin nous avons montré que les protéines de l’autophagie recrutées, notamment ATG5 et ATG16L1 participe à la réparation de la membrane plasmique en permettant l’exocytose des lysosomes, limitant ainsi la mort cellulaire induite par l’infection à C. albicans. L’ensemble de ces résultats montre un nouveau mécanisme moléculaire par lequel les cellules épithéliales, en première ligne de défense, limitent l’infection par C. albicans.

Comments are closed.