Apoptose et Autophagie

Centre de Biophysique Moléculaire, CNRS
Equipe Biologie cellulaire, Cibles moléculaires et Thérapies innovantes / CBM, CNRS Orléans
Centre de Biophysique Moléculaire,
UPR4301, CNRS Orléans
Rue Charles Sadron
CS 80054 – 45071 ORLEANS Cedex 2 - Orléans
Site web - alain.legrand@cnrs.fr -
De gauche à droite : Fabienne BRULE, Chloé ROBIN, Stéphane CHARPENTIER, Thierry NORMAND, Alain LEGRAND, Lucile MOLLET.

Thématiques de recherche

Autophagie et apoptose: Le gène GALIG est emboîté dans le gène de la galectine-3. Il possède la particularité de coder deux protéines entièrement différentes (voir schéma), la Mitogaligine et la Cytogaligine. La Mitogaligine est pro-apoptotique de par sa capacité à déstabiliser les membranes mitochondriales. Le gène GALIG pourrait être associé à d’autres fonctions biologiques. En effet, la Cytogaligine interagit avec plusieurs protéines liées à l’autophagie et à l’UPS (système ubiquitine-protéasome) ainsi qu’avec l’alpha-synucléine, protéine majeure dans la maladie de Parkinson. Nos recherches portent sur les conséquences fonctionnelles de ces interactions afin de déterminer le rôle potentiel des protéines de GALIG au cours de l’autophagie et de l’apoptose.

Nous développons également un projet translationnel, en collaboration avec l’Hôpital d’Orléans, afin d’étudier l’expression du gène GALIG et de gènes d’autophagie dans différentes pathologies, leucémies aiguës myéloïdes (LAM), infection VIH et maladie de Parkinson. Les maladies associées à une perturbation du système immunitaire montrent une altération des capacités transcriptionnelles du gène GALIG. Les patients LAM montrent une diminution de l’expression du gène en fonction de la différenciation des cellules myéloïdes ce qui pourrait constituer un point critique dans le traitement et le diagnostic de la maladie. A l’inverse, dans le cas de l’infection VIH, les patients traités efficacement montrent une forte augmentation de l’expression du gène GALIG ainsi qu’une perturbation de l’expression de gènes de l’autophagie. Bien que le système immunitaire retourne à un niveau quasi-normal sur le long terme, il n’en reste pas moins que certaines fonctions dont l’autophagie, pourraient rester perturbées. Dans la maladie de Parkinson, l’expression de GALIG n’est pas affectée dans le sang périphérique. Par contre, comme chez les patients à VIH, l’expression de différents gènes de l’autophagie est anormale. Nous étudions si cette modulation pourrait être reconnue comme un marqueur moléculaire pour le pronostic et le diagnostic précoce.

Figure descriptive


Publications

-Serrano, A., El Haddad, S., Moal, F., Prazuck, Legac, E., Robin, C., Brule, F., Charpentier, S., Normand, T., Legrand A., Hocqueloux, L. and Mollet, L. Dysregulation of apoptosis and autophagy gene expression in PBMCs of efficiently treated HIV-infected patients. AIDS (2018) 32:1579-1587.

-El Haddad, S., Serrano, A., Normand, T., Robin, C., Dubois, M., Brule-Morabito, F., Mollet, L., Charpentier, S. and Legrand A. Interaction of Alpha-synuclein with Cytogaligin, a protein encoded by the proapoptotic gene GALIG. Biochemical and Biophysical Research Communications (2018) 495: 787-792.

-Mollet, L.M., Robinet, P., Dubois, M., Aurouet, A., Normand, T., Charpentier, S., Sureau, A., Grandclement, C., Garnache-Ottou, F., Deconinck, E., Brulé F., Rohrlich, P.-S. and Legrand, A. Opposing Mcl-1, the GALIG proapoptotic gene is upregulated as neutrophils die and underexpressed in Acute Myeloid Leukemia cells. Molecular Immunology (2013) 56:123-128.

-Gonzalez, P., Robinet, P., M., Charpentier, S., Normand, T., Mollet L., Dubois, M., and Legrand, A. Apoptotic activity of a nuclear form of mitogaligin, a cell death protein. Biochem. Biophys. Res. Commun. (2009), 378: 816-820.